Armor révolutionne le photovoltaïque avec sa technologie de films souples.

 

ZPE20%20Reg%20GO%20Armor

 

Le spécialiste nantais de la chimie des encres va investir 50 millions d’euros dans son site près de Nantes. Il renforce ses capacités dans le transfert thermique tout en lançant une nouvelle génération de capteurs solaires.

Les films photovoltaïques organiques (OPV en anglais) sont désormais une réalité industrielle chez Armor. Le groupe nantais, qui s’apprête à lancer un plan d’investissement de 50 millions d’euros sur cinq ans à La Chevrolière, près de Nantes, va consacrer 14 millions d’euros à cette diversification des plus inattendues, Armor étant historiquement spécialisé dans les cartouches d’encre et les consommables pour l’impression par transfert thermique.

Technologie de rupture, les composants photovoltaïques organiques sont des films dont la souplesse permet de nouveaux usages au quotidien pour produire de l’énergie, comme les papiers peints, les stores, la signalisation routière et même les sacs de pique-nique. Le groupe nantais, qui ne se connaît qu’un concurrent américain dans ce domaine, décline ainsi, dans son usine de La Chevrolière, une expérience industrielle dans les couches minces.

 

000127855_5

Les deux premières machines
Armor, dont l’actionnaire principal est l’investisseur Orfite, a déjà investi 16 millions d’euros dans la phase de recherche. Il vient d’acquérir une première machine pour un laboratoire d’échantillons (au CEA-INES à Chambéry), une seconde, plus grande, vient d’être implantée à La Chevrolière. Hubert de Boisredon, PDG d’Armor, entend lancer comme prévu cette production industrielle en 2014 pour atteindre le stade commercial en 2015 ou 2016.

Les deux tiers du programme d’investissement renforceront les capacités de la division transfert thermique, ses consommables pour les codes-barres et le marquage industriel. L’usine de La Chevrolière fabrique de gros rouleaux « jumbo » qui sont ensuite découpés et transformés dans les différentes unités du groupe dans le monde, notamment en Chine, au Brésil ou aux Etats-Unis. Armor, qui emploie 1.700 salariés dont 650 en Loire-Atlantique, prévoit d’ailleurs 15 millions d’euros d’investissements supplémentaires dans ses filiales. Le groupe vient de doubler sa capacité industrielle en Chine et d’implanter des bureaux commerciaux à Pékin et Shanghai, en plus de Canton. Déjà, les unités des Etats-Unis et au Brésil, ont également été renforcées. Ces filiales tirent d’ailleurs la croissance d’Armor qui a connu une croissance de 15 %, atteignant 199,3 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 85 % hors de France. « Nous recueillons les fruits d’une politique d’investissement régulière dans les pays en croissance », souligne Hubert de Boisredon, qui table sur une progression d’environ 10 % cette année.

 

Facebooktwitterlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Non classé, réalisations, techno, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.